Léa De Stefanis  
Naturopathe
Léa De Stefanis  
Naturopathe

Le stress chronique, quels effets sur notre organisme ?

30 Mar 2022 Léa De Stefanis Bien-être

Le stress, de quoi s'agit-il ?

Le stress, du latin "stringere" veut dire "comprimer". Et on comprend pourquoi rien qu'à penser à la boule dans la gorge ou dans le ventre qu'on peut ressentir à certains moments !

Nos réactions aux facteurs de stress sont très différentes d'une personne à l'autre selon les expériences passées, les états psycho-émotionnels actuels... 
En cas de stress, notre organisme se voit bousculé, et agit afin d'écarter un potentiel danger. Notre système nerveux sympathique donne l'alarme. Le facteur de stress est capté par notre cortex cérébral, qui à son tour, relaie l'information aux organes concernés par le biais des nerfs. Les organes eux, reçoivent l'information grâce aux neurones, qui communiquent entre eux par des impulsions électriques et des neurotransmetteurs.

Le système sympathique est le système d'urgence qui permet une réaction rapide face à un prédateur, il bascule donc en "off" certaines fonctions comme la digestion, qui n'est pas très utile au combat !
Lorsque le stress est bref, est sans danger, même stimulant. Mais dans une situation de stress chronique avec un fonctionnement quasi permanent du système sympathique, le corps est en fonctionnement de survie permanente avec l'apparition de troubles possibles tels que : ulcère, acidité, insomnie, prise de poids...

Les neurotransmetteurs

Du système sympathique

  • L'adrénaline : permet de stimuler les fonctions de fuite comme l'accélération du rythme cardiaque. C'est le messager numéro 1 du système sympathique, sa sécrétion est très courte et sert à donner l'alarme. 
  • La noradrénaline : prend le relais. Elle permet la concentration, la vigilance, la sensation d'énergie, de puissance.
  • La dopamine :  véritable starter dans le processus créatif. Elle donne des idées, de la motivation, optimise la libido, le désir, l'estime de soi..

Du système parasympathique

  • L'acétylcholine : messager numéro 1 du système parasympathique. Il permet l'apprentissage, la clarté d'esprit, la mémorisation. 
  • La serotonine :  le "frein" intérieur. Apporte calme, relaxation, sommeil, sérénité... C'est également le messager de l'endormissement en étant précurseur de la mélatonine. 
  • Le GABA : véritable relaxant en mettant en veille tous les messagers excitateurs, il apaise profondément et équilibre nos pensées.
     

Un déséquilibre du côté sympathique fatigue, use, affaibli l'organisme par hyperstimulation constante. Tandis qu'un déséquilibre du côté parasympathique peut aboutir à une baisse du métabolisme général par justement, manque de stimulation (baisse de la libido, baisse du plaisir, baisse de production d'hormones...).
Nous avons tous une tendance dans notre comportement, tempérament et rythme de vie, qui penche soit du côté sympathique ou du côté parasympathique, mais l'important est de ne pas laisser le dominant prendre totalement le dessus. En cas d'hyper fonctionnement du système sympathique, le cortisol est produit en excès et peut aboutir à un surmenage.

Le cortisol

En cas de situation dangereuse, le cortisol est la deuxième hormone (produite par la glande surrénale) a être sécrétée. De façon générale, toutes les hormones obéissent à des cycles circadiens de sécrétion. Le cortisol a un pic matinal vers 7h afin d'éveiller l'organisme, et baisse entre 15h et 17h. Le stress au quotidien entraîne une élévation de la sécrétion de cortisol et n'est pas sans conséquence.

Effets du cortisol sur l'organisme

  • Augmente le taux de glucose dans le sang afin de le convertir en énergie. Lors de stress chronique, l'organisme n'étant pas en réelle situation de combat, ne dépense pas tout le glucose mis à disposition. L'insuline, ayant pour but de limiter la présence de glucose dans le sang, agit afin de le faire entrer dans les cellules. Ce mécanisme entraîne un stockage de glucose, notamment sous forme de graisse au niveau de notre tissu adipeux. De plus, une surproduction d'insuline peut aboutir à un phénomène de résistance à l'insuline.
  • Active le circuit du plaisir et de récompense . En cas de stress, cela se manifeste par des envies d'aliments réconfortants : riches et sucrés.
  • Le cerveau et l'intestin communiquent via le nerf vague. Le stress alerte le système immunitaire afin de combattre. En cas de stress chronique, le système immunitaire est affecté et présente d'avantage de cytokines (substances élaborées par le système immunitaire) pro-inflammatoires, et à l'inverse, moins de cytokines anti-inflammatoires, donnant lieu à un terrain inflammatoire.
  • Un des récepteurs du CRH (corticotropin releasing hormone, permettant la libération du cortisol) se trouve au niveau intestinal. L'inflammation créée en cas de stress prolongé peut altérer la barrière intestinale.
  • A l'inverse, un mode de vie inflammatoire (alimentation transformée, excès d'aliments acidifiants, tabac...) favorise une situation de stress pour l'organisme, et sécrète du cortisol en excès, engendrant un état d'anxiété. L'axe intestin-cerveau fonctionne dans les deux sens ⚠️

Il est donc primordial de prendre soin de son esprit mais également de son hygiène de vie ♻️.
S'il n'y a pas de gestion du stress ou qu'elle est n'est pas efficace, la glande surrénale s'épuise et ne produit plus de cortisol. C'est ce que l'on appelle le burn-out.

Solutions afin d'optimiser l'équilibre psycho-émotionnel

Alimentation

  • Réduire les excitants (café, boissons énergisantes... Notamment 4h avant le coucher).
  • Favoriser des aliments à index glycémique modérés et bas.
  • Varier entre protéines animales de bonne qualité (viande blanche, oeufs) et protéines végétales (légumineuses).
  • Favoriser une alimentation riche en oméga-3 pour combattre l'inflammation : sardines, maquereaux, noix, huile de lin, huile de colza...
  • Favoriser les aliments dynamisants de la glande surrénale : algues marines, haricots rouges...
  • Limiter le sel, les aliments transformés et les produits laitiers.
  • Augmenter l'apport de légumes en jus et cuits à la vapeur douce.
  • Augmenter l'apport en magnésium (amandes, bananes, chocolat noir...).

Phytothérapie/aromathérapie

  • Infusions de camomille, passiflore ou valériane afin d'aider à retrouver un calme intérieur.
  • Pantes adaptogènes : Romarin, Rhodiole. Aident à la gestion du stress et modulent la sécrétion de cortisol.
  • Huiles essentielles d'orange douce, mandarine douce, petit grain bigarade. En diffusion ou application locale : deux gouttes dans une huile végétale, à appliquer sur le plexus et les poignets.

Exercice physique

article-naturopathie-stress
  • Pratiquer des exercices doux comme le yoga ou le pilates.
  • Exercices de respiration comme la respiration yogique ou respiration alternée.
  • Marches en extérieur dans des endroits calmes et de préférence en pleine nature.

Gestion psycho-émotionnelle

article-naturopathie-stress
  • Limiter les écrans avant le coucher.
  • Massages, réflexologie, sophrologie, EFT (Emotional Freedom Techniques).
  • Méditation
  • Faire des choses pour soi : masques, cuisine, massages, lecture... 

Cet article apporte des conseils généraux, et ne remplacent en aucun cas une consultation médicale, ni les conseils personnalisés d'un naturopathe.

En cas de pathologie, traitement médicamenteux, allergies, grossesse, allaitement, ou utilisation sur les enfants : demander l'avis d'un médecin. 


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de L'Omnes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.